Tomates géantes et fourmis violettes au pays de Ceausescu

Marie Céhère

Première partie de ma série d’été sur la littérature roumaine.

Depuis la chute de la dictature communiste en Roumanie, le « travail de mémoire » a du mal à démarrer et à mobiliser l’ensemble de la société. La vie politique est tiraillée entre des courants victimaires, chrétien conservateur, européiste et identitaire qui cohabitent dans une relative harmonie. Mais au milieu de cela, les spécialistes estiment que beaucoup de jeunes Roumains n’en savent pas très long sur le régime de Ceausescu.

Parmi les artisans de l’histoire roumaine du XXème siècle figure Razvan Radulescu. Né en 1969 à Bucarest, il a collaboré avec le réalisateur Cristian Mungiu pour la Palme d’or 4 mois, 3 semaines, 2 jours, ainsi qu’avec d’autres réalisateurs de la nouvelle vague roumaine, Cristi Puiu (La Mort de Dante Lazarescu), Radu Muntean (L’Étage du dessous) et a réalisé son premier film, Félicia avant tout, en…

View original post 470 more words

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s